Menu

SEYNI SYLLA BLOQUE LA TENUE D’AUDIENCES FORAINES

Dimanche 31 Mars 2019

SEYNI SYLLA BLOQUE LA TENUE D’AUDIENCES FORAINES

Rien ne va plus entre le maire de Missirah (commune située dans le département de Tambacounda) et une bonne partie des populations d’une dizaine de villages. A l’origine du différend : le blocage de l’opération initiée par des jeunes réunis autour d’un mouvement dénommé «Espoir» et qui militent pour l’obtention de pièce d’état civil à tous les enfants de la contrée.

Le maire Seyni Sylla et certaines populations de sa commune ne plus parlent plus le même langage. L’édile de Missirah exige en effet à ses administrés une déclaration sur l’honneur pour obtenir le certificat de non inscription, papier indispensable pour la tenue d’audiences foraines. Ainsi, ce sont des centaines de demandes dont celles d’élèves en classes d’examen qui se bloquées par le maire qui campe sur sa position, malgré l’audience foraine prévue ce 30 mars 2019 par le mouvement «Espoir» au village de Bidiancoto. Mais c’est sans compter avec la détermination des initiateurs de l’opération qui se sont faits entendre hier après-midi devant la mairie de Missirah.

Arborant des brassards rouges, des dizaines de personnes ont manifesté leur mécontentement. «Ce mouvement d’humeur fait suite à une injustice subie par les populations. Tous les villages environnants de Missirah ont subi une injustice. Le mouvement «Espoir» a initié une audience foraine au village de Bidiancoto dans le but d’aider les fils de cette contrée à obtenir une pièce d’état civil plus particulièrement un extrait de naissance. Il s’agit ainsi de permettre aux élèves candidats à des examens de fin d’année scolaire d’avoir cette pièce», explique Ousmane Bâ, porte-parole du mouvement «Espoir» regroupant des élèves, étudiants et autres cadres de la zone. «Nous avons malheureusement constaté que le maire de la commune essaie de bloquer ce processus en rendant impossible l’atteinte d’un tel objectif par un refus catégorique de signer les requêtes qui ont été déposées sur sa table», déclare Ousmane Ba qui estime que le papier exigé par le maire n’a aucune signification juridique. «C’est la première fois que ce document est demandé pour des audiences foraines. Ce n’est pas normal», clament les manifestants venus nombreux déverser leur colère devant la mairie. Les protestataires ne disent ne pas comprendre que des audiences foraines soient organisées à Bambadinka et Tessan sans que ce papier ne soit exigé par Seyni Sylla et que ce soit le cas à Bidiancoto. Interrogé sur la question, le maire Seyni Sylla déclare : «ce sont des gens malintentionnés. Moi je n’ai aucun problème pour la signature des requêtes».

Prévue pour ce samedi 30 mars 2019, l’audience se fera sans ces nombreux dossiers bloqués. Aux dernières nouvelles, les hautes autorités du pays ont forcé le maire à s’exécuter sans son fameux document. C’est à son domicile qu’il a signé les documents jusque tard dans la soirée.

Lexpress.sn

Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIA | CONTRIBUTION | ANALYSE





Flux RSS



Inscription à la newsletter