Menu

Presse

Mardi 2 Juillet 2019

Presse

Rationalisation des agences et directions 
Comme annoncé à l’occasion d’une réunion de conseil des ministres, le président Macky Sall tient au regroupent des structures étatiques dont pratiquement les missions se recoupent. En effet, après la fermeture de consulats notamment celui de Bordeaux prévue le 7 juin prochain, la rationalisation, il s’attaque aux agences et directions nationales dont les missions se recoupent. Ainsi, «L’As» le Cices et Asepex qui ont pratiquement les mêmes missions (organiser des foires et faire la promotion des exportations) devraient être regroupés dans une même entité. Il en sera de même pour l’Agence de régulation des marchés (Arm) et la Direction du commerce extérieur. Idem pour les agences qui s’occupent de l’emploi de jeunes dont l’Anpej, elles pourraient être dissoutes dans la Délégation générale à l’entreprenariat rapide (Der). L’idée de fusionner l’Agence pour le développement des Petites et moyennes entreprises et la Direction des Pme (ADPME) est également en gestation sans compter la dissolution en vue de l’Aeme et l’Anamo. A moins que le plan social ne fasse reculer une nouvelle fois, le chef de l’Etat comme ce futle cas en 2012, tout porte à croire qu’il mettra à exécution ses menaces.

Oumar Guèye 
Le ministre des Collectivités territoriales et de l’Aménagement du territoire, Oumar Guèye étaient dans la région de Diourbel. Il a tenu à souligner la détermination du gouvernement à moderniser le système de l’état civil au Sénégal qui est confronté à d’énormes problèmes. A l’en croire, le programme de modernisation de l’état-civil est porté par son département ministériel. Le programme est financé à hauteur de 17 milliards. Aussi, Oumar Guèye renseigne que dans la région de Diourbel, avec l’Acte 3 de la Décentralisation, les collectivités territoriales ont vu leur système d’état-civil s’améliorer beaucoup. Le ministre annonce aussi une enveloppe de 13 milliards de f Cfa qui sera mobilisée dans le cadre du Pacasen pour la modernisation des collectivités de la région. A cet effet, Bambey, Mbacké, Diourbel et Touba serviront de pilotes

Sud Fm 
Première radio privée, Sud Fm a célébré hier ses 25 ans d’existence dans la sphère médiatique. À l’occasion, l’un de ses pionniers, le journaliste-formateur Baba Diop, a livré les secrets d’une telle longévité à Pressafrik. Selon lui, cette longévité est due à la fidélité de l’information au respect de l’éthique et la déontologie. A cela s’ajoute, la détermination d’approfondir les acquis. Baba Diop s’est félicité des défis que la radio a eu à relever dans un contexte très politique, notamment sous le règne du parti socialiste alors que seule la voix de l’Orts raisonnée. A l’en croire, ils étaient taxés d’opposants par le régime de Abdou Diouf juste parce qu’ils donnaient la parole à tous les Sénégalais. Selon Baba Diop Sud Fm s’est illustrée aussi dans sa contribution pour la transparence des élections en donnant en direct les résultats des bureaux de vote. Aujourd’hui, cette pratique est perpétuée par tous les médias. Raison pour laquelle, il estime qu’en matière d’élections, Sud Fm est imbattable

Justin Ndoye pas encore à la Dic 
Le journaliste Justin Ndoye, auteur de l’article sur les mallettes d’argent et qui a poussé la Division des Investigations criminelles (Dic) a faire une descente chez Jean Meïssa Diop, samedi dernier, ne s’est pas encore présenté devant les hommes du Commissaire Ibrahima Diop. Pour rappel, le journaliste s’était engagé à se présenter devant les enquêteurs et a fait ses excuses, suite au tollé provoqué par son article. Dans sa livraison du jeudi 27 Juin 2019, le quotidien «L’Exclusif» a titré à sa Une : «Scandale du pétrole, Farba Ngom en mission-commando pour museler la presse : Des Mallettes de 15 à 20 Millions proposées, des patrons de presse, Dirpub et grandes plumes approchés nuitamment et secrètement».

Le Sénégal et le groupe des «Pays à revenu intermédiaire» 
La polémique avait enflé après la publication, par nos confrères de l’observateur d’un article, sur la classification du Sénégal parmi les pays à faible revenu. En tout cas, le Sénégal figurait dans le groupe des pays à faible revenu jusqu’au 1er juillet, selon la Banque mondiale dans son édition juin 2019 des Perspectives économiques mondiales. En fait, dans les rapports de l’institution, le Sénégal a perdu sa qualification de «Pays à revenu intermédiaire» depuis 2016 malgré le Plan Sénégal Emergent (PSE). Ainsi depuis lors le Sénégal est classifié comme Pays à faible revenu. Seulement, depuis hier, la Banque mondiale le classifie comme Pays à revenu intermédiaire. Ce changement s’explique par la croissance récente et le changement de l’année de base des Comptes Nationaux pour le calcul de son PIB qui a été publié en 2018. Ainsi conformément à ses procédures, indique-t-on, la Banque mondiale ne pouvait pas procéder à l’actualisation de la classification avant le 1er juillet 2019. Ainsi depuis ce jour, elle a reflété l’augmentation du PIB du Revenu National Brut (RNB) au Sénégal.

Le Pont de Farafenni rouvert depuis hier 
Les transporteurs, particulièrement les camionneurs, peuvent afficher le sourire. Le pont de Farrafenni (Gambie) qui était fermé à la circulation depuis 15 jours pour des raisons de travaux, a été rouvert hier. Cette fois-ci, les camions qui empruntaient jusque-là le bac sont autorisés à prendre le pont. La Gambie décrète ainsi la mort du bac de Farrafenni qui sera sans doute transféré à un endroit, puisque le pays de Adama Barrow est divisé en deux parties par le fleuve éponyme.

Encore du Gaz découvert au Sénégal 
L’américain Kosmos Energy a annoncé qu’il a mis la main sur un nouveau réservoir de gaz naturel dans la concession de Grand Tortue, qui chevauche la frontière maritime entre le Sénégal et la Mauritanie. Le nouveau réservoir qui est logé dans le puits GTA-1, a été foré jusqu’à 4 884 m, dans une profondeur d’eau de 2 500 mètres. Les travaux ont été exécutés par la plateforme Ensco DS-12, engagée par BP. Le réservoir porteur du gaz est long d’environ 30 m et possède de bonnes qualités pétro-physiques, indique le rapport d’après-forage. Cette découverte qui s’inscrit dans un nouveau programme de développement du site, conduira au forage du puits d’évaluation Yakaar-2 au Sénégal, dans deux semaines et du puits d’explorationOrca-1 en Mauritanie vers la fin du troisième trimestre. Pour Andrew Inglis, PDG de Kosmos, cette découverte laisse entrevoir la possibilité de produire plus de gaz naturel liquéfié sur place. Il évoque une production possible de 10 millions de tonnes de GNL par an si les résultats sur les autres prospects sont positifs. Le projet de GNL Grand Tortue Ahmeyim devrait livrer son premier gaz au cours du premier semestre de 2022.

Mamadou Talla 
Le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla sensibilise sur la confidentialité des données personnelles des enseignants. M. Talla informe dans une lettre circulaire parvenue à «L’As», qu’il a été porté à son attention que des entreprises privées, prétendant travailler en partenariat avec le ministère et avoir accès aux plateformes informatiques du SIMEN, proposent aux enseignants des coffrets didactiques avec des facilités de paiement. Il souligne que les données personnelles des enseignants, des élèves et des personnels administratifs sont protégées et sécurisées. Ainsi, l’accès aux données est interdit aux agents du ministère a fortiori, une personne qui lui est étrangère. Mamadou Talla avertit que toute structure ou personne qui viole cette confidentialité sera traduite devant les juridictions.

Boy Djinné 
Baye Modou Fall alias «Boy Djinné» sera édifié sur son sort aujourd’hui. Il a été attrait à la barre de la chambre criminelle le 11 juin dernier pour vol en réunion commis la nuit avec usage d’arme. Le tribunal va donner son verdict aujourd’hui. Il faut rappeler que le parquet avait requis, à la surprise générale, la relaxe en faveur de Boy Djinné parce qu’il n’est pas, dit-il, impliqué dans cette affaire. A souligner aussi Boy Djinné a soldé ses comptes à la barre de la Chambre criminelle de Dakar. Il avait soutenu qu’il y a un règlement de compte entre les policiers et lui. A l’en croire, ces derniers ont pris son argent et c’est la raison pour laquelle ils cherchent à l’enfoncer.

Aby Kanouté vide ses comptes bancaires 
La quarantaine, Adama Sène s’active dans le métier du charlatanisme. Faisant de cette pratique un véritable métier, il use de raccourci pour se faire de l’argent très facilement. En effet, ce dernier quittait tous les jours son domicile à la recherche des personnes à escroquer. A la quête d’une cliente, il s’est approché de la dame Aby Kanouté, une vieille de 60 ans, pour lui faire croire qu’il est un marabout capable de l’aider à résoudre tous ses problèmes. Croyant au service des marabouts, elle a abdiqué. Adama Sène lui a donné rendez-vous chez lui pour lui remettre des talismans et des bains mystiques. «Après avoir reçu ses médicaments, elle a commencé à exécuter les recommandations du marabout à la lettre. Depuis lors, le charlatan a commencé à la manipuler à sa guise. En premier lieu, la dame Kanouté lui a remis un 1 650 000 Fcfa qu’elle gardait dans son compte. Elle a aussi contracté une dette de 500 000 Fcfa auprès de ses voisins de quartier pour satisfaire les désirs de son marabout. En fait, la partie civile n’a même épargné ses enfants qu’elle a aussi dépouillés de leur biens. Fatigué des demandes d’argent faites par sa maman, l’un de ses garçons, Arona Sidibé a confisqué son téléphone afin d’y voir plus clair. C’est ainsi qu’il a appelé le marabout et ce dernier lui a fait savoir qu’il va mourir s’il ne raccroche pas.

…Pour son marabout (bis) 
N’ayant pas les nouvelles de sa cliente Kanouté depuis trois jours, Adama Sène s’est rendu chez cette dernière. Sur les lieux, elle a sollicité les services d’une dame à qui, elle a demandé d’entrer dans la maison et de lui appeler Aby. La fille a été accueillie par Arona Sidibé qui lui a demandé de lui montrer la personne qui l’a envoyée. Aussitôt dit, aussitôtfait. La fille l’amène à hauteur de Adama Sène. Furieux, les fils de la dame Kanouté vont faire passe r un sale quart d’heure à Adama Sène, avant de l’amener à la police. Interrogé, le mis en cause a reconnu les faits qui lui sont reprochés avant de porter plainte contre les fils de la victime pour coups et blessures volontaires. Comparaissant hier, devant la barre du Tribunal de Grande Instance de Dakar, le prévenu a retourné sa veste. «Je reconnais que Aby Kanouté m’a remis un million 650 000 francs pour que je le verse à son marabout qui habite à Pout. Il s’appelle Souleymane Ba. C’est la même personne qui m’a remis des talismans et des portions magiques pour la dame», s’est-il dédouané. Ses accusations ont été battues en brèche par la partie civile. A en croire Aby Kanouté, c’est le prévenu qui est son marabout. « Je me lavais avec les bains mystiques qu’il me remettait tous les jours », dit-elle. La plaignante réclame 3 millions pour la réparation du préjudice. Omar et Draman Sidibé, les enfants de la partie civile reconnaissent avoir frappé le prévenu pour qu’il avoue la vérité. Le parquet, quant à lui, a requis l’application de la loi. La défense quant à lui, a plaidé une application bienveillante de la loi. Au finish, le juge a condamné Adama Sène à 6 mois de prison ferme et devra payer 2 millions de francs à Aby Kanouté. Oumar et Draman Sidibé, quant à eux, ont eu écopé de 3 mois de prison assorti du sursis et devront payer 200 000 francs au prévenu.

Lexpress.sn

Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIA | CONTRIBUTION | ANALYSE





Flux RSS



Inscription à la newsletter