Menu

[19 ÉVÈNEMENTS QUI ONT MARQUÉ 2019]-LA POLITIQUE EN 5 DATES (1/4)

Samedi 28 Décembre 2019

L’année 2019 a été riche en évènements heureux, malheureux, dramatiques, historiques ou mémorables. Pour vous replonger dans le souvenir, Emedia.sn vous propose de jeter un coup d’oeil dans le rétroviseur en sélectionnant 19 dates de 2019. Dans ce premier jet, le chapitre politique en cinq tomes...

 

 


[19/] 24 FÉVRIER 2019 - Élection présidentielle et suppression du poste de PM

L’événement politique majeur en cette année 2019 a été la Présidentielle du 24 février. Macky Sall, Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Issa Sall et Me Madické Niang étaient les 5 candidats en lice. Au soir du 24 février, c’est le candidat de la coalition Bby qui passe, dès le premier tour, avec 58,26 % des suffrages.


Réélu, le président Macky Sall avait procédé au changement de son gouvernement avec une réforme majeure qui consacre la suppression du poste de Premier ministre, annoncée le 6 avril 2019. Deux jours plus tôt, c’est une nouvelle équipe gouvernementale de 32 ministres et 3 secrétaires d’Etat est mise en place. Le chef du gouvernement a évoqué ’’un élan nouveau, des visages nouveaux, davantage de femmes, davantage de jeunes, mais c’est également le Sénégal de tous qui est en marche’’, avec le chef de l’Etat "en contact direct avec le pouls’’ des régions.


Macky Sall avait surpris en annonçant cette réforme, qu’il n’avait pas évoquée pendant la campagne pour la présidentielle du 24 février, deux jours après avoir prêté serment pour un second mandat début avril. Elle a été adoptée par les députés le 4 mai à une très large majorité.

[18/] 27 SEPTEMBRE 20&9 - Réconciliation Wade / Macky

Séparés depuis 2009 quand Macky Sall, alors président de l’Assemblée nationale, était en bisbilles avec son mentor Me Abdoulaye Wade, président de la République, les deux hommes politiques ont eu, pendant une décennie, une relation très froide. Malgré plusieurs indirectement tendues par leurs entourages respectifs, les présidents Sall et Wade se sont enfin retrouvé en 2019, par la grâce de l’inauguration de la mosquée Massalikoul Jinaan. L’exploit de ses retrouvailles porte une signature : celle du Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké. Mais entre deux grands stratèges politiques, bénéficiaires des seules alternances de l’histoire politique du Sénégal, le jeu du chat et de la souris est loin d’être évacué. La réconciliation s’est poursuivie avec une visite de Macky à Wade puis une audience de Wade chez Macky avant que le jeu d’échecs ne reprennent ses droits avec l’ex président qui coupe le cordon avec ses éléments qui participent au dialogue initié par l’actuel avant que son parti ne refuse de prendre part audit dialogue, pendant que lui-même recevait un autre opposant le jour de l’installation du comité de pilotage du dialogue, comme pour réaffirmer son ancrage dans l’opposition...

[17/] 29 septembre 2019 - Libération Khalifa Sall

C’est la suite logique de l’événement précédent. Deux jours après les retrouvailles entre Abdoulaye Wade et Macky Sall à la faveur de l’inauguration de la mosquée Massalikoul Jinaan, la décrispation du climat politique se poursuit avec la libération de Khalifa Ababacar Sall, ancien maire de Dakar et en prison depuis plus de deux ans. Arrêté depuis le mois de mars 2017, Khalifa Sall, qui avait été condamné à 5 ans de prison, dans l’affaire de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar, bénéficie d’une grâce présidentielle, le 29 septembre 2019. Mbaye Touré et Yaya Bodian, deux de ses coaccusés, bénéficient également du décret présidentiel.

[16/] 6 novembre 2019 - Report des élections locales

2019 a démarré avec une élection, mais elle ne se terminera pas avec une autre. Pourtant, c’était le plan, avec le plan qui prévoyait la tenue des élections locales à la date du 1er décembre 2019. C’était sans compter un projet de report porté par le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, qui fait repousser l’échéance jusqu’en... 2021. La loi portant ce report a été adoptée à la majorité à l’Assemblée nationale, malgré les contestations de certains membres de l’opposition.

[15/] 26 décembre 2019 - Dialogue politique

Dès le lendemain de sa réélection, Macky Sall lance l’idée d’organiser un dialogue national avec une partie ouverte à toute la classe politique. Après deux ans de tensions politiques et trois mois après le rejet, sans recours, par l’opposition des résultats de l’élection présidentielle, la recherche du consensus était devenue un impératif pour lui.


Ce dialogue se poursuit avec l’installation officielle par le chef de l’Etat, ce jeudi 26 décembre, du comité de pilotage. Mais ce sera sans Rewmi et Pastef, arrivés respectivement 2e et 3e de la dernière élection présidentielle et sans les représentants du parti précédemment au pouvoir, le PDS encore moins les partisans de l’ex maire de Dakar, Khalifa Sall.

Lexpress.sn

Nouveau commentaire :

ACTUALITE | MEDIA | CONTRIBUTION | ANALYSE